Real Horror Stories Ultimate Edition

Real Horror Stories Ultimate Edition - Test PC

Tapoter son crayon contre son bureau – Réorganiser son portefeuille – Compter les carreaux de son carrelage – Apprendre le morse – Se couper les ongles des pieds – Regarder un épisode de Derrick – Commencer une collection de timbres – Assister à une conférence sur l’art de la généalogie – Se curer le nez – Lire un bouquin de BHL – Faire craquer ses doigts… hein ? Oups, pardonnez-moi, je faisais simplement une liste des choses plus excitantes que de jouer à Real Horror Stories Ultimate Edition, je suis à vous dans un instant. Étudier l’histoire du Liechtenstein – Faire sa déclaration d’impôts – Entamer un solo de triangle endiablé – Faire une listes des choses plus excitantes que de jouer à Real Horror Stories Ultimate Edition

À la pêche aux daubes

Steam, c’est un peu comme une boîte de dragée surprise de Bertie Crochue. Au milieu d’une marrée de free 2 play sans intérêts, de licences Activision de seconde zone et de productions indés n’ayant pas le quart de la moitié des moyens de leurs ambitions surnagent des jeux valables de plus en plus difficiles à distinguer dans la masse de références répertoriées par la TPE de Gabe. S’il y a en revanche une catégorie de titres encore plus rare, c’est bien celle des bouses intergalactiques tellement minable et amateur qu’on se demande comment elles ont fait pour se retrouver en vente. Donc toi, oui toi, le mec du contrôle-qualité qui avait sans doute beaucoup trop picolé le jour où tu as validé la mise en ligne de Real Horror Stories Ultimate Edition, tu me dois 99cts que je ne reverrai jamais et qui auraient pu être utilisés à bien meilleur escient que de finir dans les poches de ceux qui ont commis cette chose. En les jetant dans une mare par exemple.

Real Horror Stories Ultimate Edition

Real boredom stories

Bon, après cet instant catharsis, il serait peut-être temps de parler du jeu. Oui ? Vous êtes sûrs ? Vous ne préférez pas entendre l’histoire des hémorroïdes de ma tante Jeanette ? Bon … Real Horror Stories Ultimate Edition donc, est une suite d’écran fixes plutôt moches où vous allez tenter de piger ce que le programme attend de vous pendant qu’il balance un jump scare semblant avoir été dessiné par un gosse de dix ans toutes les deux minutes environ. Luttant contre l’envie pressante d’un alt+F4, vous allez balayer l’écran à l’aide de votre souris pour de la chasse au pixel décérébrée en espérant trouver une zone interactive. Une fois une zone interactive trouvée, il peut se passer différentes choses :

  • rien du tout
  • un bruit, puis rien du tout
  • un jump scare
  • un truc semble se déclencher ailleurs, allez en prison sans passer par la case départ et recommencez votre chasse au pixel

Très honnêtement, après avoir passé une demi-heure sur le jeu, je n’ai dans la plupart des cas jamais compris lequel de mes clics exaspérés avait déclenché la suite du script, voir si celle-ci était bien due à l’une de mes actions. Quelquefois, plus rien ne semble réagir pendant une dizaine de secondes avant qu’un jump-scare-moche ne surgisse et que l’écran suivant apparaisse. Jamais intéressant, surprenant ou même effrayant, Real Horror Stories Ultimate Edition fait penser à un Powerpoint qui n’avancerait qu’en trouvant des boutons cachés sans la moindre cohérence. Finalement, la seule vraie histoire d’horreur sera peut-être celle d’un titre tellement ennuyeux que d’innocents acheteurs en sont morts.

Real Horror Stories Ultimate Edition

Conclusion :

Cher joueur, si j'écris ce test, ce n'est pas uniquement pour cracher toute ma haine au visage des développeurs (ou des singes qui appuyaient au hasard sur des machines à écrire et qui auraient mieux fait de se content de réécrire l'intégrale de Proust, je n'ai pas été vérifier), c'est pour t'avertir de ne jamais, jamais, JAMAIS acheter Real Horror Stories Ultimate Edition. Même pas à 2€, même pas à 99cts, même pas si on te donne de l'argent pour ça, même pas juste pour voir et même pas juste pour rire (il n'a même pas la décence d'être nul-drôle). Que cette chose se soit retrouvée sur Steam est une insulte à ceux qui l'auront achetée sur un malentendu et surtout une insulte à tous les autres développeurs attendant désespérément que leur projet sur lequel ils ont bossé dur obtienne enfin le feu vert pour publication.

Note :

0/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *