Unium

Unium - Test PC

Tout, remplir tout. Du blanc, du blanc, partout du blanc. Rhahhh, il reste du noir là, il faut le remplir, tout doit être blanc ! Je passe, je repasse, par ici, par là… non, vite, il faut recommencer, tout doit être blanc, parfait, remplit ! Oh, pardon, je ne vous ai pas entendu entrer. Mes troubles obsessionnels compulsifs ? Beaucoup mieux merci.

Un trait pour les unir tous

Dans la série des jeux qui se prennent en main en dix secondes, je demande Unium : un tableau rempli de case blanches et de cases noires, un coup de souris et l’on commence à tracer un chemin de cellule en cellule jusqu’à obtenir une surface uniforme sans lever le crayon. La réalisation est simple, propre et élégante, une petite musique relaxante accompagne l’expérience tandis que de petits « poucs » satisfaisant se font entendre pendant que l’on remplit peu à peu avec méthode l’écran de jeu. Au fil des niveaux, de petites subtilités apparaissent, des cases grises qui comptent pour du beurre et la possibilité de croiser son trait afin de l’inverser mais globalement, on reste dans de l’expéditif sans s’encombrer de dizaines de règles venant compliquer le principe.

Unium

Alors, évidemment, le propre d’un bon jeu de réflexion est de rendre à moitié fou le joueur jusqu’à ce que, dans un éclair de génie, la solution lui apparaisse, lui donnant un bref instant l’illusion d’être brillant avec à la clé une petite décharge d’endorphines fort bienvenue. Hélas, il faut bien admettre que de ce point de vue, Unium est plutôt chiche. Il faut pour commencer attendre d’avoir atteint le niveau de difficulté avancé pour cesser de compléter les niveaux comme une fleur et trouver un peu de challenge. Et lorsque survient ce challenge, l’impression de se torturer le cerveau reste très relative tant trouver la solution ressemble plus à une séquence d’essais et d’erreurs qu’à une résolution de problème par l’analyse. Pire, on à l’impression devant certains tableaux que les petits gars derrière le jeu se sont laissés avoir par les limites de leur propre création lorsque l’on complète un tracé en zappant complètement des cases grises qui devaient certainement correspondre à un chemin idéal mais se révèlent au final facultative, plusieurs solutions étant tout à fait valables.

Unium

Alors que reste-t-il à Unium ? Ses musiques relaxantes, sa réalisation proprette et le plaisir de remplir méthodiquement des petites cases sans en rater une seule… ce n’est déjà pas si mal.

Unium

Conclusion :

Pas cher, bien réalisé, facile à prendre en main, Unium est un petit jeu pas prise de tête qui se lance rapidement pour une partie entre deux blockbusters. Pas follement intéressant pour autant et plutôt limite niveau challenge, il laissera les fanatiques de puzzle-games sur leur faim et ne tient clairement pas la comparaison face à un Snakebird par exemple. Pour détendre un névrosé en pleine crise en revanche, il est idéal.

Site officiel

Note :

7/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *