Mechanic Escape

Mechanic Escape - Test PC

Ils sont malins, les français de chez Slak Games ; constatant l’accueil réservé à Super Meat Boy de la part de la PETA  y ayant vu une ode à la gloire de la torture animale, ils ont décidé que le héros de leur platformer hardcore à eux serait une TV, évitant de cette manière toute polémique. Remarquez, on ne sait jamais, il existe bien un Front de libération des nains de jardins, alors …

Super Screen Boy

L’idée derrière Mechanic Escape est simple : des niveaux courts, un gameplay extrêmement rapide à prendre en main mais nécessitant une maîtrise au poil de cul et des items à récolter sur le chemin pour les barbus à la recherche d’un véritable challenge. Le tout, bien entendu chronométré, a été pensé dès le départ pour le speedrun, cette pratique de gens bizarres prêts à répéter un bon millier de fois le même segment pour économiser le dixième de seconde qui fera la différence.

Mechanic Escape

Suite de niveaux d’une à deux minutes, Mechanic Escape vous place dans la peau d’un téléviseur sur pattes devant traverser une suite d’obstacles en récupérant au passage tous les bonus. Si parvenir à la ligne d’arrivée est généralement assez facile, c’est bien entendu dans la collecte de ces derniers que se trouve toute la subtilité de la chose, obligeant à prendre des trajectoires plus risquées et moins rapides. Et s’il sera généralement possible de revenir sur ses pas, votre vaillante petite lucarne sera régulièrement poursuivie par divers ennemis mortels qui laissent peu de place aux détours et mauvaises trajectoires.

Mechanic Escape

Judéo-Cathodique de race bleue

Alors, ce Mechanic Escape est-il le Super Meat Boy français ? Hélas non, on en est très loin, bien que le jeu ne soit pas désagréable. Clé de voûte de tout platformer exigeant qui se respecte, la physique irréprochable n’est pas au rendez-vous. On ressent rapidement un certain flottement dans les contrôles et surtout dans les sauts. Certaines actions telles que le fait de se balancer au bout d’une corde font perdre énormément de vélocité au héros et se traduisent inévitablement par une baisse de rythme. C’est loin d’être dramatique, mais la frontière séparant les meilleurs titres du genre du reste des productions est un ravin que peu parviennent à franchir. Privé d’une maniabilité aux petits oignons, le jeu ne fait que d’autant plus transparaitre ses autres défauts qui auraient pu passer inaperçus dans le cas contraire : rapidement, une certaine répétitivité s’installe, les niveaux se ressemblant tous pour la plupart. Au fur et à mesure viennent se greffer de nouveaux obstacles, de nouveaux ennemis, mais l’on ne fait au final toujours que courir dans des couloirs. Autre soucis non moins pénible, la caméra est très rapprochée du héros, ce qui ne permet pas d’anticiper réellement ses actions. Mémoriser les parcours au fil des morts sera le seul moyen, souvent frustrant, de finir ceux-ci à 100%. La direction artistique, enfin, est assez générique et ne se renouvelle que très peu, contribuant au sentiment de lassitude qui frappe inévitablement rapidement.

Mechanic Escape

Conclusion :

J'aimerais pouvoir dire qu'il n'aurait suffit que de quelques tweaks pour tenir le Super Meat Boy français, mais il faut bien avouer qu'on est loin du compte. Gameplay flottant inadapté à ses ambitions, niveaux répétitifs et visuellement peu intéressants, distance de vue trop réduite, Mechanic Escape multiplie les erreurs, certes pas dramatiques, mais qui donnent au final un titre moyen. Peut-être pour la prochaine fois ?

Site officiel

Note :

5/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *